2017 : Haute-Savoie – Festival Feufliâzhe

Chaque année, dans le cadreDSCN3168 de ses cours d’accordéon diatonique, Pascale Aymès propose à ses élèves de découvrir les musiques traditionnelles d’une nouvelle région. En 2017, tous ont travaillé sur un répertoire de musique montagnarde avec pour finalité, leur participation au festival Feufliâzhe, à Habère-Poche en Haute-Savoie, en collaboration avec Danièle de la Héronnière, elle-même enseignante d’accordéon diatonique en région annécienne.

La vidéo

DSCN3114

« Lo festivau de Feufliâzhe
Lo festivau que se debana cada dos ans en país francoprovençau, a Habère-Poche -se pòu pas inventar nimai aqueu d’aquí- se sòna ansin ; « Feufliâzhe » es donc lo nom de la fèsta que fan après leis òbras pesantas dei camps e deis aupatges, après la fenason, la meisson, la fabricacion dei formatges e lo demontanhatge. « Alora, estremam leis otís per l’ivèrn e s’acampam per la fèsta. » Benlèu de « feufi », lo margue de la dalha e « liâzhe », liar ensemble, siá « liar la lama de la dalha sus son margue, fins a l’an que ven »

Un mot sus lo nom dau vilatge que sa significacion s’es perduda amb lo temps (?). Nos an dich -eriam pas luenhs dau lavador- que « Habère » podiá designar un « abeurador » o, acompanhat de sa segonda mitat « Poche » : « una pòcha plena de civada ». La proposicion mai interessanta me sembla venir tant dau Burèu de torisme, luec de collectatge, coma dau latin <HABĒRE per « aver » que lo canton èra, a temps passat, una possession dei monges. Eriam testimònis de l’oblit dau sens d’un nom mai tanben d’una lenga que l’arpitan, o francoprovençau, èra gaire present e aviá perdut sa dignitat, arnescat coma o èra de la soleta apellacion ben coneguda : « patoàs ».
Enfin, lo « festivau de musica deis Aups », un dei nombrós festivaus que nos son prepausats d’estiu, se debanèt gaiament sota un solèu de plomb, una toforassa a tuar un marselhés e una tropelada de grops dei montanhas donc, levat -es per aquò que siáu a escriure- Cr’Oc Notes, que sa capoliera, Pascala Aymès, es tanben formatritz de l’atalhier de jorgina de l’IEO 13. Son idèa es de prepausar cada annada ai jorginaires de l’atalhier sestian e deis autrei cors qu’organiza un projècte culturau, musicau, tanben patrimoniau. Lei musicians aprenon un pauc dau repertòri musicau deis òstes e, lo jorn dau concèrt, juegan aqueu repertòri amb aquel occitan. Tant siegue pauc, l’an presentat au Marròc, en Bretanha, en Corsega, en Savòia e au nòstre tanben fòra Provença.
Es ansin que deurián se rendre en Catalonha en 2018.
Acabi amb Le Feufliâzhe. « Lei Valadas » èran representadas per dos grops, Baìa Trio, occitans de la Vau Varaita e La Peiro Douso. Un peçuc d’arpitan : « Vni pi écoutâ, shantâ, dyouèyi u danfi ! Venètz per escotar, cantar, jugar e dansar ! »
Fòto : Cr’Oc Notes sus lo pontin »
Joël Bouc, président de l’IEO 13

Cette entrée a été publiée dans Projet de l'année et les précédents, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.