Emmanuelle Aymès

Emmanuelle Aymès

Fille du chant …

Seule ou en duo, elle enchante par son audace délicate et son chant affirmé.

 Emmanuelle Aymès chante les textes des poètes d’ici et les chants traditionnels, avec une détermination qui étonne. Elle offre un son nouveau à la création musicale.
Née entre les Alpilles et le Luberon, elle s’initie rapidement à l’apprentissage du galoubet tambourin et des répertoires traditionnels ; elle s’intéresse finalement à la pratique de la guitare, de la mandole et du chant.
C’est par la rencontre de Jan-Mari Carlotti, à 13 ans, qu’elle découvre les musiques des pays d’oc et qu’elle commence à composer et arranger des chants issus du répertoire de la tradition populaire provençale. Plus tard, d’autres artistes tels que Henri Maquet, Gaël Hemery, Mirella Scalone, Patrick Mazellier, ainsi que ses études en musicologie, lui permettent de s’ouvrir vers d’autres horizons musicaux.
Soutenue quelques années par les associations Mic Mac et Ventadis, elle se produit aujourd’hui dans plusieurs formations, et également en solo. Elle détient un master de recherche en musicologie.
1
Projets réalisés ces dernières années :
– Bals et concerts en solo.
– Bals avec le groupe niçois Occitaniss.
– Concerts autour des poèmes de Théodore Aubanel, mis en musique par Henri Maquet, avec Gaël Hemery, Mana Serrano et Pascal Jaussaud.
– Duo avec Gaël Hemery  et enregistrement sur le CD La bestia que manjava lo monde, narrant l’histoire terrible et réelle de la Bête du Gévaudan.
2
3
Beat My Cançon : croisement entre la psytrance et la musique occitane, avec Jean Charles Bieber.
– Animations musicales en collaboration avec American Center et Road Schoolar, et bals, avec Benjamin Mélia et Henri Maquet.
– Inauguration contée et musicale de La Marette (Ayguemortes), avec Danielle Julien.
Aujourd’hui :
– Lecture musicale autour de la traduction du Poème du Rhône de Frédéric Mistral, avec Claude Guerre et Henri Maquet.
– Spectacle de marionnettes avec le Gamelan Kancil.
5
– Ajaproun :
Ajaproun c’est deux voix qui s’entremêlent avec chaleur et douceur, dans des contre-chants ou à l’unisson, créant des harmonies intenses et émouvantes. Elles sont accompagnées par le jeu d’une guitare en accord ouvert et par des percussions (daf, tamburello, percussions additionnelles…)
 6En dialecte alpin, Ajaproun signifie « Il y a quelques temps ». Ce sont des histoires d’hier et d’aujourd’hui que le duo raconte par le biais du chant.
Des récits de marins, de travailleurs forcés à quitter leurs terres natales, des histoires d’amour, d’éloignement, de jalousie, de cannibalisme…
Ces chansons des pays d’oc et d’Italie, sont issues du répertoire traditionnel, de poésies du XIXème siècle et d’auteurs contemporains.
– Joglar :
Emmanuelle Aymès chante en langue d’oc et Sylvie de Saaj, une des rares spécialistes du sitar au niveau européen, relient les chants troubadours à la musique classique de l’Inde du Nord.
7La musique indienne se met au service des plus beaux textes de l’amour courtois.
Chaque poème avec sa sensibilité particulière rencontre les mille nuances de sentiment des ragas indiens et en souligne toute leur profondeur et leur fraîcheur d’âme.
– Butor Stellaris :
De la rencontre entre les humains et les bêtes, dans les espaces sauvages ou urbains, naissent des mythes, naissent des chants : Rythes
8Rite musical, réconciliation des mondes sonores de la nature et de l’électronique ;
Concert d’objets, de gestuelle, et de chants ;
Apparitions d’instruments typiques ou atypiques ;
Emmanuelle Aymès & Henri Maquet forment un duo spectacle qui explore de nouveaux espaces sonores et thématiques au travers d’une confrontation du naturel et du technologique, du minimal et du sophistiqué.

Les commentaires sont fermés.